Ben mon cochon, ton grand-père était socialiste !Ben mon cochon, ton grand-père était socialiste !
A Plouha, comme à Kerfot -disons dans la France profonde de nos ancêtres-, on a su longtemps préserver les traditions bretonnes. Chaque année lors de la foire au cochon, on y fêtait et primait le verrat, c'est à dire le mâle reproducteur le plus gros, le plus beau et le plus membré de la région. La vie y était rude mais paisible et le socialiste gras mais appétissant !
A l'heure où le loup libéral n’était pas encore entré dans la bergerie socialiste, le nom de socialiste allait droit au coeur du verrat. On ignore encore le pourquoi de cette confusion mais ce socialiste là était un gros cochon doublé d'un sale porc ! Pourquoi une telle injure envers cet animal ? Peut-être parce qu'il passait tout son temps à se goinfrer sans trop s'intéresser à aux truies, tout comme ce que l'on entendait dire des vrais socialistes de la capitale !
Qui vivra verrat ! Maintenant que dans les cantines scolaires le cochon est devenu quasiment haram, on peut mieux s'imaginer la régression d'un pays libre et prospère en l'espace d'un siècle. Douce France, cher pays de mon enfance, bercée de tant d'insouciance, je t'ai gardée dans mon coeur... 
La regression est aussi lisible au travers du mot haram qui signifie "interdit" en langue étrangère ; quand on sait que la vapeur (machine de James Watt 1769) a depuis belle lurette supplanté l'haram ! Oui, tout ça c'est pas gai !
Depuis cette époque ou l'on bouffait indifféremment selon les régions soit du curé soit du socialiste, notre France s'est enfoncée au point d'avoir aujourd'hui plus d'un mètre haut de retard...mon village au clocher aux maisons sages, où les enfants de mon âge, ont partagé mon bonheur...
Oui je t'aime mon pays, mais pas ce qu'ils en ont fait... ces porcs !

Un grand merci à Marie-Madeleine B. de Cenon pour cette si intéressante histoire cochonne !

Retour à l'accueil