Chez EDF, même les lampadaires à  la CGT !

Chez EDF, même les lampadaires à la CGT !

Chez EDF, les employés travaillent 32 heures par semaine et peuvent choisir de les faire en 4 jours. Ils bénéficient de 85 jours de repos par an, soit 25 journées de congés, 45 grâce à la semaine de 4 jours, plus 10 ou 15 en cas d'heures supplémentaires.
Soit, tout compris, plus de 4 mois de vacances et 1 440 heures de travail par an. Le salaire brut moyen est de 3 800 euros par mois auquel s'ajoutent des avantages en nature de 10 % (dans le privé, salaire brut médian : 2 200 euros par mois, pour 1 872 heures par an).
Les agents EDF bénéficient de tous les avantages d'un CDI, de vacances à 20 % du prix normal dans les centres du comité d'entreprise,  de repas à moitié prix, de l'électricité et du gaz à 10 % du tarif !
Un salaire d'embauche à 36 % au-dessus du smic, sans compter un "régime spécial" de retraite à 55 ans pour les "actifs" (60 % du personnel), qui touchent 75 % de leur dernier salaire. Pour bénéficier du droit à la pension, les actifs doivent totaliser au moins 15 ans de service contre 25 ans pour les autres. 
Pour bénéficier de ce pactole le sésame se crie ainsi : COMITE D'ENTREPRISE !  Dans le privé, les CE bénéficient légalement de 0,2 % de la masse salariale. À EDF, grâce à une loi de 1946, le CE bénéficie de 1 % du chiffre d'affaires de l'entreprise, soit 450 millions d'euros en 2006 (nous sommes en 2016!), ce qui équivaut aux indemnités d'environ 1 million de RMIstes. Ce Comité est entièrement gérée par la CGT et beaucoup d'observateurs considèrent que ces ressources sont la véritable caisse noire du Parti Communiste français depuis plus d'un demi-siècle! 
Un petit rappel: ces données,longtemps confidentielles pour qui n'est pas dans le sérail, datent de 2006. Comptez que chaque année, elles ont été actualisées... Et que d'autres mannes y ont été rajoutées ?
Mais ça, c'est une autre histoire !

 

°0°0°0°0°0°

Allez réveillez-vous, assez rêvé, il va falloir aller bosser! Et éteignez bien la lumière en fermant, vous gaveriez trop de nantis qui eux, laissent leur porte entrebaillée pour chauffer leur jardin...

 

Henri KRASUCKI -emblématique ex secrétaire général de la CGT- doit se retourner dans sa bière au constat que le secret tant caché a fini par s'éventer...

 

Source: journal "Le Point"

 

Retour à l'accueil